La laine - Composition Structure et Grosseur de fil

Tout bon tricot nécessite de la laine, des aiguilles et un patron ou son imagination. Mais rien que ça représente beaucoup de chose à savoir, à comprendre et à maîtriser pour avoir un tricot réussi.

La fibre: animale, végétale, synthétique ? C'est quoi la différence entre le worsted et lace/dentelle ? Puis les aiguilles droites, circulaires ou double pointe ? Et le patron, les instructions sont écrites, abréviées ?


⛔ STOOOOP ⛔


Arrête-toi... Respire... Nous allons prendre les choses les unes après les autres. Le tricot est une activité de patience tout comme son apprentissage. Et puisqu'il faut commencer quelque part, autant commencer par la matière première.


Composition de la laine

La #LAINE !! Ca s'est du début 😉.


Selon Le Larousse, la laine est une fibre à croissance continue provenant de la toison des moutons et utilisée comme matière textile. Une fibre d'origine animale (alpaga, chameau, chèvre du Cachemire, guanaco, lama, lapin angora, chèvre mohair, vigogne, yack). Ou encore un fil à tricoter de laine pure, mélangée, ou de fibre synthétique


Contrairement au terme anglais "yarn", le mot français est très spécifique à la source animale.

En anglais, "yarn" est le fil qui sert à tricoter, crocheter, filer pour faire des vêtements ou accessoires. Ce fil peut donc être d'origine animale, végétale ou même synthétique.


En français, la laine est de source animale : laine angora du lapin ou du mouton, le cachemire des chèvres Himalayennes, de l’alpaga mais aussi de la laine de chameau et même la soie. Il y a aussi la laine mérinos, le blueface, le mérinos d'Arles, le mohair...

C'est grâce à la sédentarisation et à l'élevage que ces fibres ont pu être utilisées pour créer des vêtements. Elle a aussi amenée l'agriculture, donc l'accès aux matières végétales comme le coton, le lin ou le chanvre. Des balles de coton datant de 5 000 avant J.C. ont été retrouvées !

Certaines de ces fibres, parce qu'elles sont rares et/ou difficiles à obtenir sont chères et délicates, notamment le cachemire qui est alors mélangé à d'autres fibres. Dès que ce type de matière est présente dans la laine, les tricots obtenus devront être entretenus avec soin.


Enfin, l'industrialisation, le développement des technologies et la maîtrise de la transformation du pétrole ont permis le développement des matières synthétiques comme l’acrylique, le nylon, le polyester ou le bambou*. Ces fibres sont idéales pour les personnes ayant des allergies et bien qu’elles soient synthétiques elles sont aussi souvent utilisées pour complémenter les fibres naturelles. Elles apportent de la structure, de la solidité (notamment le nylon lorsque l’on veut faire des chaussettes, il va protéger le talon des frottements et allonger la durée de vie des chaussettes). Ces fils sont plus accessibles d’un point de vue économique et plus pratique quand il faut laver les tricots !


* le bambou fait parti des fibres synthétiques, selon le graphique ci-dessous, il doit subir des traitements chimiques pour obtenir une fibre malléable.

Brin de la laine

Nous allons nous concentrer sur le traitement de la fibre animale. Nous savons d'où vient les fibres, mais entre l'animal et les aiguilles, il y a encore beaucoup à faire.


Pour les fibres animales, il faut tondre l’animal, nettoyer la fibre, la carder, la filer et la teindre.

La teinture peut avoir lien après le cardage ou après la filature.


Le cardage consiste à démêler les fibres, les aérer et les arranger afin de pouvoir les filer et obtenir un fil. Le cardage peut se faire sur de la fibre naturelle ou déjà teinte. Cela va dépendre de la matière de prédilection du teinturier, du fileur ou de l'étape suivante de production.


La vidéo ci-dessous montre comment la laine est cardée (ici c’est vraiment une petite planche, il est évident que des machines plus grandes existent pour travailler plus de matière à la fois).