La laine - 9 noms à donner à tes pelotes

As-tu vu la publication précédente sur les différents type de laine ?? C'est par ici !


Jusqu'à peu de temps, la laine était pour moi 2 choses : des pelotes et des écheveaux.

Et même si la présentation changeait un peu j'utilisais quand même ces 2 mots ↖.


En tant que scientifique 👩‍🔬, j'aime la précision il est temps que je m'éduque !

Comme je ne suis pas convaincue d'avoir tout le vocabulaire en français, j'attends que cette belle communauté participe et que l'on s'éduque ensemble !

En attendant, bienvenue dans le monde des cônes, des donuts et des nœuds...

Chaque format a une utilité et nécessite parfois que la laine soit préparée avant de la tricoter.


Lisa Shroyer de Interwave a fait un super article à ce sujet (en anglais) et a utilisé cette belle illustration. Combien de terme connais-tu ?

Je suis capable d'en nommer 6 : l’écheveaux, la pelote, la balle, le « cake », le cône et le petit dernier que j'ai renommé : le nœud intersidérale du désespoir…

Le conditionnement de la laine a 2 buts : mettre en valeur la couleur ou les fibres utilisées et la transporter sans qu’elle ne s’emmêle ou ne s’abîme.



Hank


C'est quoi le mot en français ???

Mon super dictionnaire de traduction (google translate pour ne pas le nommer) traduit HANK par ECHEVEAU. Super !

"Hank" (#1 et #2) est au départ une unité de mesure dont la longueur varie en fonction des matières utilisées...

Qui trouve ça pratique ? Pas moi...


Cet article continue et explique que le SKEIN est 1/6ème d'un HANK ce qui donne une mesure de coton de 7,5m.

Non... Toujours pas de logique là-dedans... Alors voici mon point de vue💭💭


Je pense qu'à un moment donné les termes "hanks" et "écheveaux" étaient principalement utilisés pour le coton mercerisé utilisé en broderie (puis dans les bracelets brésiliens).

On est d'accord qu'il est impossible de tricoter quoi que ce soit avec 7,5m. Mais en broderie, c'est possible et d'ailleurs voici un détail d'une nappe avec des broderies typiquement Malgaches, commandée par ma grand-mère il y a plus de 20 ans et transmise par ma mère il y a quelque temps 💖.


Broderie Malgache env.1990

Bien entendu, à l'âge de 8 ans j'ai appris à faire des bracelets brésiliens et j'ai pu retrouvé ces écheveaux de 10m. Etant le 6ème d'un hank, on peut estimer que ce dernier mesure 60m.

Je pense aussi qu'à un moment donné les industries ont décidé que 10m c'était plus simple à manufacturer que 7,5m.

Bref, ça a un peu plus de sens maintenant.

Écheveau de coton - 10m

Toujours selon le même article, un "hank" dans le monde du tricot et du crochet est plus considéré comme une mesure de poids équivalente à 50g dont la longueur varie.

Effectivement un fil très fin (type dentelle) offrira beaucoup plus de métrage qu'un fil sport ou bulky (400m contre 250m ou 80m pour les fils les plus épais).


Le format #1 est privilégié par les teinturiers.

Il faut savoir que les teinturiers indépendants peuvent recevoir la laine naturelle en cône (#11) ou directement en écheveaux non tordu. Ils vont ensuite créer les écheveaux #1 du poids de leur choix, avec des fils de sécurité qui maintiennent les extrémités et évitent que le tout s'emmêle.

C'est dans cet état que la laine est teinte ! Tous les fils sont faciles d'accès et il est plus facile d'imprégner la fibre de la teinture et l'air circule plus librement pour le séchage.



L'écheveaux #2, le hank plié


Ce format n'est pas très commun, il est principalement utilisé lorsque le fil est épais (type bulky) et lorsque c'est un caractère du fil qui doit être mis en avant.

J'ai souvent vu le conditionnement #2 lorsque les laines sont très épaisses ou lorsque la fibre est laissée dans un état plus naturel à la sortie du cardage.


Il est plus commun pour du coton mercerisé utilisé en broderie ou bracelet brésilien.

Dans tous les cas, le métrage de ces écheveaux est faible.



Les Écheveaux tordus


Une fois la laine teinte et séchée, les teinturiers tordent les écheveaux #1 en #3 ou #4. Ce format évite que la laine ne s'emmêle, qu'elle ne s'abîme, elle est aussi plus pratique à ranger et à présenter.


Tu me diras : pourquoi est-ce que les anglophones ont des termes différents alors que le conditionnement semble similaire ?

Je pense que c'est à nouveau lié au poids. Comme on l'a vu un hank a un poids de 50g, l'écheveau #4 a plus souvent un poids de 100g.


Dans tous les cas, le métrage change en fonction de la composition et de l'épaisseur du fil.

Exemple : les bases Artfil.


Echeveau de Artfil Solo - Single 100% mérinos

Quel que soit le poids de l'écheveau, il est déconseillé de tricoter la laine sous cette forme. Le résultat sera le nœud intersidérale du désespoir… Il est primordial de l’enrouler en balle à la main ou en cake avec un dévidoir et bobinoir (mon point de vue au prochain post 😉).


En fonction de la composition de la laine (soie, angora et autres matières précieuses…) il est possible qu’ils pèsent moins, question de prix psychologique.



Les Pelotes


Les images #5 et #6 et probablement #9 sont des pelotes !

Ces formats sont plus utilisés pour les laines fabriquées industriellement. Faire ce genre de pelote demande de l'équipement industriel que les indépendants ne peuvent pas toujours acheter ou stocker.

Ce conditionnement met aussi la laine en valeur et permet un conditionnement plus compact.

Le rangement et la manipulation sont aussi plus simple, il y a moins de risque que les pelotes se défassent.



Dans ce format, il est possible de tricoter directement à partir de la pelote. Il suffit de trouver le fil à l’intérieur de la pelote ou d’utiliser celui à l’extérieur.


Les inconvénients ?

Le fil à l’intérieur est parfois difficile à trouver, il faut sortir un tas de laine qui est parfois emmêler parce qu’on n’a pas attrapé le bon bout. Aussi, plus on tricote, plus l’intérieur va s’affaisser et il faudra rouler la pelote en balle de toute façon.


Si on utilise le fil extérieur sur une pelote (#6) il est possible qu’elle roule partout quand on tire sur le fil ou qu’elle tombe du sac à tricot au milieu de l’aéroport (histoire vraie 😉🐁).



Le Donut


La pelote « donut » #9 n’est pas tout à fait une balle puisqu'elle n'est pas très ronde...

Ce format est utilisé quand les laines ont des matières nobles, que le fil est plus lisse ou que l'on souhaite donner un caractère précieux à la laine.


Ce conditionnement est une très belle présentation et met bien en valeur la laine. Mais il n’est idéal au moment de tricoter...

Si le fil est pris au centre du donut, la pelote va très vite s'effondrer.

Si le fil est pris à l'extérieur, le donut va très mal rouler puisqu'il n'est pas rond...

Ce n'est pas un conditionnement très "solide" non plus, le donut se défait facilement s'il est trop manipulé. Tu le vois déjà sur la photo, le fil glisse sur la pelote Andes de Drops contrairement au Fair Cotton de Katia.


Drops Andes et Katia Fair Cotton

En moyenne ces pelotes pèsent 50g, le métrage est moindre alors prend le temps de la rouler tranquillement et délicatement en balle ou cake pour une meilleure expérience tricot.



La Balle


La balle est obtenue lorsque la laine est roulée, de l’écheveaux ou de la pelote, à la main.

La balle est dure, ronde (roule partout aussi) mais ne va pas s’affaisser puisque tu dois prendre le fil extérieur.

Il existe des techniques pour rouler la laine à la main tout en gardant le fil central disponible mais s'il y a beaucoup de mètres ce n'est pas idéal parce que ça prend du temps...

A moins d'être une experte en roulage de laine, les balles ne sont pas toujours très rondes et très régulières...


Balles de restant de laine

L’inconvénient de cette technique est que le fil est tendu. Naturellement, les mains vont tirer sur le fil et bien que l’on fasse attention à maintenir l’élasticité du fil, il va en perdre.

Ce format est vraiment pratique pour ranger tous les restants de laine.


Pour redonner un peu d’élasticité à ton projet tout en DÉLICATESSE, laisse-le tremper dans de l'eau froide avec un peu de lessive, sans le torde essore un maximum d'eau puis roule ton projet dans une serviette pour qu'elle absorbe un maximum d'eau et laisse sécher.



Le Cake


Mon conditionnement préféré 💖💖 !!

Le cake s’obtient lorsque un écheveau tordu #4 a été dé-tordu #1 puis bobiné grâce à un dévidoir et un bobinoir.


Ce format est aussi privilégié par les teinturiers quand la laine est auto-rayante ou qu'elle est dégradée. Le client a une meilleure visibilité des rayures et de l'ordre du dégradé.


L’avantage du cake est que le fil peut être utilisé de l’intérieur ou de l’extérieur. L’affaissement du cake n'arrivera que très tard lorsqu'il ne restera que quelques mètres de fil.

Personnellement, je n’utilise pas de dévidoir. Si le cake n’est pas tricoté rapidement, la laine perd de son élasticité et je n’aime pas ça 😊.


Voila le genre de cake tout moelleux prêt à être tricoté !


Avec ce format on voit toute la beauté de la laine ! Qui veut du Guacamole 🥑 🍅 ??



Les cônes


Pour moi les cônes sont principalement utilisés dans 3 conditions:

  1. en B2B (vente entre entreprises) notamment lorsque les fils sont vendus aux teinturiers pour qu’ils fassent eux-mêmes les écheveaux.

  2. Pour du coton. J’ai ce souvenir impérissable de coton naturel en cône (pas si impérissable, j’en ai trouvé à la maison 😅!!!) pour les couvertures en crochet de ma mère et grand-mère… Puis, maman ? Que faisais-tu ? Le point est vraiment beau.

  3. Lorsque la laine est vendue au poids, pour les jacquard ou châle de couleur n'ayant pas besoin des 100gr de chaque couleurs.

Compte tenu du grand métrage contenu dans un cône, en fonction de la fibre il serait vraiment très cher.

Cône de coton et début de haut au crochet


Le nœud intersidérale du désespoir


Lui… Alors lui… Personne ne l’aime…

Il est sournois, rapide et il suffit de pas grand-chose pour qu’il apparaisse et gâche nos plus belles pelotes…

Il n’a pas beaucoup d’ami mais moi je suis la sienne. J'adore démêler nœuds !

P.S.: nous n'allons pas proposer le service "nous démêlons vos pelotes". Ça n'arrivera pas 😜😜


Il est facile à obtenir : des enfants, des animaux, un aspirateur robot ...

Il est possible que plusieurs restant de laine aient fait la java ensemble ou que tu te sois décidé à rouler un écheveau sans le fixer correctement…et c’est la fin…


Une fois le nœud là, tu as quelques options :

  • Le brûler, le jeter, le cacher, l’ignorer… Mais c’est dommage de gâcher de la laine et de jeter l'argent par la fenêtre.

OU

  • Mettre de la musique zen, brûler de l’encens, prier les dieux des nœuds et des fils pour leurs pitiés, et attendre... longtemps...

OU

  • Mettre de la musique zen, brûler de l’encens, prier les dieux des nœuds et des fils pour leurs pitiés, et tranquillement trouver une extrémité. Une fois que c'est fait, la moitié du travail est fait. Maintenant, roule tranquillement ton fil à la main et défait les nœuds au fur et à mesure.

Mon conseil : ne force jamais sur ton fil ! Ne tire jamais sur le fil ! Essaie de lui donner le plus de mou possible, ça évitera aux nœuds d’être impossible à défaire.


As-tu appris des choses intéressantes ??

Maintenant, c'est un travail de tous les jours pour habituer nos cerveaux et utiliser les bons mots !


A bientôt 😘,

Sidney

614 vues2 commentaires